Cordylus tropidosternum – Lézard épineux

Cordylus tropidosternum (Cope 1869)

Les Cordylus sont des lézards peu connus en animalerie : pourtant, l’espèce C. tropidosternum gagnerait à l’être. C’est un petit saurien d’une vingtaine de centimètre, semi-désertique, et de maintenance relativement simple. Il est originaire d’Afrique du sud-est, et précisément du Kenya au Zimbabwe. On le rencontre dans les zones rocheuses, les steppes arides, mais aussi les sous-bois des forêts. Ce sont des lézards terrestres qui aiment creuser des terriers, ce qui leur permet de se rafraîchir pendant les heures les plus chaudes de la journée. D’une couleur à dominante marron, les écailles forment des pics saillants donnant à l’animal un aspect primitif. La queue recouverte d’écailles pointues  ressemble à celle des Uromastyx. La tête protégée par des écailles larges et épaisses qui se prolongent en petite collerette chez les adultes donne à l’ensemble un aspect de bouclier. Les jeunes possèdent sur les flancs des dessins noirs et jaunâtres qui disparaissent une fois adultes. Particularité rare chez les lézards, les Cordylus sont des ovovivipares ; l’incubation des œufs se fait donc dans les voies génitales de la femelle. L’incubation va durer environ 4 mois et la femelle donnera ensuite naissance à des jeunes totalement formés, et indépendants. Les portés comptent 2 à 4 jeunes mesurant de 5 à 7 cm à la naissance.

Cordylus tropidosternumNous disposons actuellement de jeunes sujets sauvages parfaitement acclimatés. Tous les Cordylus figurent au minimum en annexe II de la convention Washington et en annexe B des règlements européens. Le Mozambique ne pouvant plus exporter les animaux de sont territoire, seul la Tanzanie exporte encore des sujets sauvages et commence à proposer des sujets d’élevages de première génération (F1).  Etant ovovivipare et donc peu prolifique, les jeunes d’élevage sont encore difficiles à trouver en Europe. C’est aussi pour cela que la CITES a classée les Cordylus en annexe II, afin de  surveiller au mieux les stocks sauvage.

Peu territorial, il est possible de maintenir un petit groupe de 5-6 individus dans un terrarium spacieux. On privilégiera donc un terrarium large et profond agrémenté de roches et de racines, que l’on mettra en place avant le sol pour éviter les chutes lorsque les animaux vont commencer à creuser. Le sol devra être compact : le plus adapté étant le ‘’Desert Bedding’’ de chez Lucky reptile, car une fois mit en place, ce sol est compact et permet au lézard de creuser son terriers. On veillera à leur aménager une petite zone humide au point froid, avec une boîte de sphaigne pulvérisée régulièrement. Le taux d’hygrométrie devra être faible, au alentour de 50%. Pour la température, on veillera à recréer une forte amplitude thermique. Le jour la température moyenne sera de 28 à 30°C, avec un point froid entre 24 et 26°C, et un point chaud proche de 40°C. La nuit la température sera maintenue entre 20 et 22°C. Un spot UV de type désertique est indispensable (pour que les lézards captent les UV, ils doivent pouvoir être à une vingtaine de cm de la lampe). Insectivores, ils acceptent facilement les nourritures proposées en captivité (grillons, criquets), que l’on complémentera hebdomadairement de calcium et vitamines.

(Texte johan Izard)

 

 

CHALLET-HERAULT
Vente exclusive aux professionnels
Route de Cholet
49340 NUAILLÉ - France
Tél. 02 41 49 01 75
Fax. 02 41 49 01 77
email : aqua@challet-herault.com