Dendrobates auratus

 Dendrobates auratus (Girard, 1855)

  

Très populaire en terrariophilie, Dendrobates auratus est élevée régulièrement depuis une dizaine d’années. Actuellement nous proposons sur notre listing de magnifiques sujets d’élevage allemand. Cette grenouille est originaire d’Amérique centrale. Son aire de répartition s’étend du Panama à la Colombie où elle fréquente les forêts tropicales et humides mais aussi les zones de plantations.

 Cette espèce est arboricole et diurne. Les pattes ne sont pas palmées, les yeux assez gros et le nez légèrement pointu. La coloration incroyable de cette petite grenouille contribue à son succès auprès des terrariophiles. On note des variations chromatiques selon les spécimens d’une même espèce qui peuvent-être liées à différentes localités ou sélections.

 

 Dendrobates auratus dans son terrariumUn terrarium d’environ 60 cm de hauteur x  45 cm de largeur et profondeur permet de maintenir 3 à 4 individus. Pour le bien être de ces animaux, et pour reconstituer au mieux leur environnement naturel, le décor devra offrir de nombreuses cachettes. Des plantes artificielles, des souches ou des branchages (stérilisés auparavant) mais aussi des plantes naturelles telles que Fittonia argyronauta, Spathyphyllum spp, ainsi que des Broméliacés et diverses mousses ou sphaignes peuvent être employées pour la réalisation du décor. L’utilisation de plantes naturelles exigera un peu plus d’attention de la part du soigneur (taille, arrosage). Le substrat pourra être composé de copeaux de coco ou d’un mix de tourbe blonde disposés en couche pour ne pas trop acidifier le sol. Quelques feuilles de Terminalia catappa séchées pourront compléter la décoration.  Un hémicarpe de noix de coco découpé de façon à laisser une entrée permettra de créer un abri très apprécié des Dendrobates. Une coupelle d’eau de faible profondeur (2 à 3 cm), une température de 25°C en journée et de 23° la nuit sera nécessaire. L’hygrométrie devra être maintenue au minimum à 80%. Ce dernier point est essentiel puisqu’il permet à l’amphibien d’assurer les échanges gazeux pour sa respiration épidermique. L’éclairage, devra être constitué d’un tube néon et d’une lampe UV (5.0) réglé sur un cycle de 10 heures. L’éclairage UV devra être disposé directement dans le terrarium protégé par une simple grille.    

 Le terrarium devra être bien fermé pour conserver la chaleur et l’humidité mais aussi pour éviter les évasions. En effet, la structure des pattes de cet amphibien lui permet d’adhérer aux parois lisses du verre. Les terrariums « standard » du commerce conviendront parfaitement. Leur conception est aujourd’hui éprouvée.

 

 En raison du statut d’espèce menacée dans son milieu naturel, tout doit être mis en oeuvre pour réussir son élevage et contribuer ainsi à sa protection et sa diffusion auprès de passionnés. La reproduction a lieu toute l’année. Dendrobates auratus parade avant l’accouplement. La femelle pond environ 20 à 30 œufs en petits paquets de 4 à 5. L’incubation  dure environ une vingtaine de jours et le mâle transporte sur son dos les œufs pendant le développement des larves. Lorsque les têtards sont en mesure de nager, le mâle les disperse individuellement dans des poches d’eau formées au creux des plantes ou des troncs où ils poursuivront leur développement jusqu’à ressembler parfaitement aux géniteurs. Les têtards sont cannibales : par conséquent, leur élevage doit impérativement être réalisé individuellement. Ils s’alimentent de petites proies (jeunes grillons ou drosophiles).

 

 La nourriture des adultes doit impérativement être vivante. Elle sera composée de grillons (taille adaptée à l’animal, environ 2-3 mm à 5-6 mm) et drosophiles. Ces animaux doivent pouvoir se nourrir continuellement. Il faudra cependant veiller à ne pas laisser trop de proies vivantes dans le terrarium au risque de le polluer rapidement par des cadavres. Les Dendrobates auratus n’ont pas nécessairement besoin d’un complément vitaminique ni d’apport supplémentaire en calcium. Il faudra simplement veiller à la qualité de la nourriture et l’hygiène du terrarium.

 

 Les pathologies les plus communes sont généralement liées à une mauvaise hygiène ou de mauvaises conditions de maintenance dans le terrarium. Des mycoses ou des nécroses peuvent se développer sur l’animal. Afin de prévenir ce type de problème sanitaire, le traitement de ce type d’animal étant extrêmement compliqué, il est alors impératif de rectifier les paramètres de maintenance (humidité, température, nourriture et UV 5.0).

 

Dendrobates auratusDans le milieu naturel, les D.auratus sont extrêmement toxiques pour l’homme. Il s’agit d’une sécrétion (mucus) toxique sur la peau. Les indiens utilisaient d’ailleurs cette toxine comme poison pour capturer les animaux qu’ils chassaient en enduisant leurs pointes de flèches. La couleur « extravagante » des Dendrobates auratus est d’ailleurs là pour rappeler aux potentiels prédateurs leur toxicité.

La Dendrobate obtient ce poison dans son habitat grâce à son régime alimentaire composé d’insectes toxiques. En captivité, la Dendrobate sauvage fini par perdre cette toxicité. Les spécimens commercialisés étant issu d’élevage, le problème ne se pose par car leur alimentation est composée essentiellement de grillons et de drosophiles. Ces insectes ne lui permettent pas de fabriquer les toxines. Cependant, il est préférable de ne pas manipuler l’amphibien avec les mains au risque de créer d’éventuelles lésions sur la peau de l’animal et éviter pour l’homme comme pour l’animal, toute infection ou allergie. (Texte Jérôme Picard)

   

CHALLET-HERAULT
Vente exclusive aux professionnels
Route de Cholet
49340 NUAILLÉ - France
Tél. 02 41 49 01 75
Fax. 02 41 49 01 77
email : aqua@challet-herault.com