Élégance et authenticité !

Trichogaster lalius (Hamilton, 1822 ) (ex. Colisa lalia)

Le Trichogaster lalius est une espèce commune en aquariophilie et régulièrement proposée dans les magasins d’animaleries sous leurs différentes formes ultra colorées telles que Cobalt, Impérial ou Néon Color. Ces sélections d’élevage ont sans aucun doute  fortement contribué  au succès de ce poisson auprès des aquariophiles mais il est intéressant de faire une petite rétrospective sur l’histoire des premiers Colisa lalia apparues sur le marché aquariophile.

Trichogaster lalius Impérial Rouge mâleCette espèce est maintenue comme poisson d’ornement en Inde depuis le 19ème siècle ! Pêchés dans le Gange et dans le Brahmapoutre, puis découvert dans d’autres contrées proches (Birmanie, Bornéo), les conditions très variables de son milieu naturel  le rendent  résistant aux écarts de température, ce qui explique sa facilité de maintenance en captivité à cette époque héroïque de l’aquariophilie ! Les colons anglais ramèneront ce poisson magnifique en Angleterre vers 1893 puis il sera également diffusé par des marins à Hambourg en 1903 auprès de grossistes. Mais c’est certainement un Français, Pierre Carbonnier, qui importa et reproduisit pour la première fois ce poisson en 1873 en France : naturaliste et ichtyologue, il fut sans doute le premier détaillant en aquariophilie à Paris! Il pensait avoir importé Colisa fasciata mais au vu des descriptions et dessins qu’il effectua, Géry affirma en 1955 dans le magazine « L’Aquarium et les Poissons » que cette espèce ne pouvait être que Colisa lalia. Il est donc la deuxième espèce de poisson exotique reproduite en captivité après le Macropode. Il fut décrit en 1822 sous le nom de Trichopodus lalius et  il s’est longtemps appelé Trichogaster lalius dans la littérature. Le choix du nom de genre avait déjà fait polémique dans les années 50 et récemment, les scientifiques ont décidé de replacer les espèces du genre Colisa dans le genre Trichogaster et d’exhumer le genre Trichopodus pour pratiquement tous les gouramis du genre Trichogaster (T.leeri, T.trichopterus,T.pectoralis), à l’exception notable de Trichogaster microlepis. Pour comprendre l’engouement des aquariophilies pour ce joyau à l’échelle mondiale, il convient de noter un incident survenu  à Singapour dans les années 70. A cette époque, l’éleveur réputé en Colisa de ce pays, Tan Guk Eng, développe en secret la souche Sunset rouge à dorsale bleue, très connue aujourd’hui sous le nom de Flamme rouge ou Impérial rouge. Il présente sa souche dans le magazine américain T.F.H. en 1977. En 1979, il diffuse vers l’Allemagne uniquement des mâles de cette variété de couleur exceptionnelle, afin de préserver  sa souche et de conserver le Leadership quelques années : malheureusement, il se fit dérober une grande partie de son cheptel pour une valeur estimée à cette époque à 32000 dollars américains, selon un article paru dans la presse singapourienne ! Dès 1983, mâles et femelles étaient disponibles partout dans le monde.

Trichogaster lalius sauvage mâleAujourd’hui, Challet-Hérault vous propose un véritable retour aux sources avec le Trichogaster lalius sauvage importé directement des Indes, que nous sommes les seuls à proposer  fréquemment sur notre disponible hebdomadaire. En revanche, fortement concurrencé par les sélections très colorées, leTrichogaster lalius sauvage femelle Colisa lalia sauvage exige une mise en lumière un peu plus travaillée pour  trouver sa place dans le commerce aquariophile traditionnel. Leur forme parfaite (sans déformation lié aux nombreuses sélections) et leurs couleurs, certes moins intenses mais subtilement irisées, donnent à ce poisson  un fort caractère d’authenticité et d’élégance. Outre cet  intérêt  esthétique, Trichogaster lalius sauvage présente l’avantage, contrairement aux idées reçues, d’être moins sensible à certaines pathologies propre aux sélections des variétés issues de sélections intensives.

L’aquarium de vente accueillant les « Colisa » sauvages devra être préparé avec une eau légèrement douce, acide et vieillie. Quelques plantes fines et flottantes tamiseront la lumière et faciliteront l’acclimatation des poissons. Ceratophyllum demersum, Limnophila sessiliflora,  Ceratopteris cornuta (forme plante de surface) ou Salvinia natans conviendront parfaitement. La nourriture usuelle en paillettes complétée par des proies congelées ou lyophilisées (artémias, larves de moustique blanches ou noires et daphnies) seront très rapidement acceptées. Ils peuvent être maintenus en couple ou en trio à partir de 40-50 litres nettes.

« Back to Nature » prend ici tout son sens avec ce portrait de Trichogaster lalius sauvage mais d’autres espèces très intéressantes peuvent être découvertes ou redécouvertes sous leur forme originale et ainsi s’inscrire dans cette thématique ! (Texte Frédéric Potier et Jérôme Picard, photo J.Picard)

CHALLET-HERAULT
Vente exclusive aux professionnels
Route de Cholet
49340 NUAILLÉ - France
Tél. 02 41 49 01 75
Fax. 02 41 49 01 77
email : aqua@challet-herault.com